Solutions Systèmes

Comment bien travailler avec des collègues ?

Le travail en équipe semble encore trop peu répandu, et le plus souvent ponctuel. Les obstacles cités sont nombreux, mais derrière ces raisons on peut soupçonner également des habitudes ancrées, la peur d’être jugé. Pourtant le travail en équipe est un foisonnement d’idées, une mine d’or !

Un frein, des obstacles

Si tout le monde est unanime sur les constats, travailler avec un collègue reste compliqué. Il est même souvent plus facile de travailler en équipe avec des collègues d’autres matières, par exemple : intervention de deux enseignants dans le cadre − d’un itinéraire de découverte « endurance et performance », projet interdisciplinaire associant la SVT et l’EPS ;

− Création d’un projet autour d’un conte écrit en cours de français par des élèves de sixième, puis enregistrement de la bande-son du spectacle par les élèves de quatrième avec l’aide du professeur de musique.

Pour expliquer ces freins, les raisons invoquées sont multiples : la nécessité de boucler votre programme, les emplois du temps difficilement compatibles, la progression qui pose problème, le temps et un lieu pour travailler ensemble qui font défaut, etc. Bref, ce n’est pas facile !

Une obligation

Pourtant les occasions sont fréquentes et les instructions officielles vous incitent de plus en plus à franchir le pas. La définition du socle commun au collège, comme la notion d’interdisciplinarité qui devient récurrente à tous les niveaux, doivent vous préparer à ouvrir votre porte, échanger vos idées et travailler ensemble.

Depuis déjà quelques années, les IDD au collège, les travaux personnels encadrés (TPE) et les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel (PPCP) au lycée ont pour objectif de mettre en place une démarche interdisciplinaire. Les enseignants impliqués dans ces projets sont donc conduits à travailler en commun sur la mise en œuvre, les thèmes, leur problématique, la démarche et les modalités d’évaluation.

En lycée comme au collège, vous devez prendre conscience et accepter le fait que le métier d’enseignant est en pleine mutation et va de plus en plus s’orienter vers l’échange et vers une dimension collective des contenus. Le travail d’équipe va devenir une priorité pour chaque établissement. Les occasions sont multiples :

− Les compétences transversales : par exemple, définir un projet d’équipe autour des consignes. La compétence « savoir respecter les consignes » est présente dans le pilier 7 du socle commun sur l’autonomie. Chaque enseignant peut ensuite valider cette compétence transversale dans sa matière ;

− Les thèmes de convergence : issus des textes officiels, les thèmes de convergence traitent de sujets essentiels pour les individus et la société comme la santé ou l’environnement et le développement durable. Ils doivent favoriser la pluridisciplinarité, et donc la collaboration entre enseignants ;

− Décloisonnement : dans le cadre d’un travail en anglais en classe de première, l’équipe pédagogique de la discipline a décidé d’aborder trois compétences spécifiques : la traduction, la compréhension.

Un facteur motivant

Parmi les motivations personnelles qui conduisent les enseignants à travailler en commun, celle de « travailler de manière plus efficace » est citée prioritairement. Améliorer les pratiques professionnelles grâce aux échanges d’expériences et de savoir-faire avec les collègues, travailler davantage sous forme de conduite de projet, tel est bien le but !

Votre investissement dans le travail en commun aura de surcroît sûrement des conséquences positives sur les relations avec vos collègues et avec vos élèves. auditive et l’expression écrite. Les élèves des trois classes sont répartis en trois groupes de taille variable en fonction de leur niveau.

Tout incite donc à l’échange et à la coopération entre collègues. Vous êtes régulièrement sollicité pour travailler en équipe interdisciplinaire – entre classes de même niveau ou de niveaux différents – afin de construire avec vos collègues des actions et des projets coopératifs.

Mais cet objectif exige de nouvelles et réelles compétences professionnelles dans le domaine de l’échange de pratiques et de partage de ressources entre enseignants.

Si votre établissement est plutôt timide dans ce genre d’initiatives, lancez quelques petits projets à votre portée et créez cette dynamique défaillante.

UN TRAVAIL D’ÉQUIPE

Sachez donc saisir les occasions de travailler en groupe. Ainsi, les réunions de concertation sont des moments de décision en termes de projet d’établissement : ne les évitez pas sous prétexte d’avoir autre chose à faire de plus urgent !

Des interlocuteurs

Vous faites partie de celles et ceux pour qui échanger sur vos pratiques avec les collègues n’est pas un obstacle, mais au contraire un moyen d’évoluer. On remarque d’ailleurs souvent que les jeunes enseignants sont plus enclins, par leur formation, à entrer dans cette démarche. Mais

comment rentrer dans cette démarche collective ? Qui contacter ?

  • Souvent, l’entretien avec le chef d’établissement a permis de découvrir

les principes généraux qui guident l’établissement ou votre

discipline. N’hésitez donc pas à demander des explications supplémentaires

sur le travail en équipe, les projets en cours, le cas

échéant.

  • Des collègues sont peut-être déjà impliqués dans des projets communs, et donc aptes à répondre à vos questions. S’il s’agit d’une nouvelle affectation, s’investir dans un tel projet peut être utile pour vous et facilitera votre intégration. Le documentaliste, le chef d’établissement sont des personnes relais pour ce genre d’initiatives.

La présence de projet interdisciplinaire, de travail collectif est souvent révélatrice de la dynamique de l’équipe pédagogique de l’établissement.

L’échange avec les collègues peut être multiforme. Il peut s’agir d’un projet interne à votre collège (ou lycée) ou aussi bien d’une collaboration entre plusieurs établissements d’un même secteur géographique.

Des équipes dynamisées

Briser la routine qui règne dans votre établissement en rencontrant des personnes ayant les mêmes envies, des préoccupations semblables aux vôtres. Échanger, se voir n’est plus qu’une question de volonté.

Dans ces situations se réunissent en général des personnes motivées, ouvertes aux échanges. Le climat est souvent cordial et le projet, fédérateur d’équipe. Réfléchir collectivement, produire ensemble favorise la cohésion des équipes pédagogiques.

Saisissez ces occasions, car elles sont un excellent moyen de progresser, d’échanger vos pratiques et de vous former au contact des autres. C’est valorisant pour vous d’apporter vos compétences et d’être reconnu par vos pairs. C’est aussi l’opportunité de créer un nouveau réseau de relations professionnelles – voire amicales.

Se réunir, échanger ses pratiques, c’est déjà un pas. Mais le travail en équipe prend tout son sens s’il débouche sur une production commune.

Mener un projet d’équipe, de niveau, c’est un gain de temps (au final), un gage de qualité, des échanges d’idées souvent pertinentes et des visions différentes mais souvent complémentaires.

  • Les prétextes sont fréquents : réunion de réseau, rencontre entre enseignants de votre discipline, concertation avec les collègues.
  • Les sujets sont multiples : confronter les pratiques, échanger vos retours d’expériences, monter un nouvel itinéraire de découverte, etc. Travailler sur les modes d’évaluation par compétences, réfléchir sur l’intégration des technologies d’information et de communication pour l’éducation (TICE) dans sa propre discipline, voilà des projets mobilisateurs et qui favorisent l’échange entre collègues et entre établissements.
  • Les sites Internet et les forums spécialisés vous permettent également d’échanger en équipe.

Sources :

Pascal Bihouée (2009) COURS ET SUPPORTS : L’ART DE PRÉPARER SA CLASSE

Laisser un commentaire