Solutions

9 ERREURS de communication avec les parents et comment les corriger

réunion enseignant parents

Dans mon métier d’enseignante, j’essaie d’instaurer une ambiance de travail, maintenir la discipline dans ma classe et de tisser un lien de confiance avec les parents de mes élèves. Par contre, il n’est pas toujours  évident d’avoir une bonne communication avec l’ensemble des parents que nous devons côtoyer.

Pour établir une bonne communication avec les parents et un dialogue constructif et réciproque, je vous cite 9 des plus grosses erreurs de communication avec les parents que j’ai commises ou dont j’ai été témoin à éviter. (Plus comment s’y prendre pour les corriger).

1. Utiliser des outils de communication à sens unique.

Il est essentiel dans une relation de donner la voix à chacun.  L’envoi  d’un bulletin d’information pour votre classe à la maison est formidable, car il fournit aux parents des informations sur ce qui se passe dans la classe.  Mais assurez-vous de faire savoir aux parents comment ils peuvent vous contacter s’ils ont des questions à poser ou souhaitent partager quelque chose sur le bulletin.  Pensez à prendre des photos d’événements hebdomadaires et à les ajouter à la newsletter.  N’oubliez pas que chaque parent cherche son petit sur la photo, alors fait des potraits des élèves que vous présentez chaque semaine ou chaque mois à la réunion.

Vos élèves sont-ils plus âgés?  Envisagez de configurer une application pour la communication bidirectionnelle.  Voici les recommandations de l’éducation de bon sens: Meilleures applications de messagerie et sites Web pour les étudiants, les enseignants et les parents.

2. Communiquer trop rarement.

L’enseignement nécessite un acte d’équilibre massif et il peut sembler pratique de laisser tomber la communication avec les parents.  Mais ne le fais pas.  Trop souvent, nous ne communiquons que lorsque quelque chose a mal tourné, puis les parents se demandent s’il y avait un moyen de remédier plus tôt.  Lorsque les enseignants communiquent avec les parents tout au long de l’année, cela devient normal et non réactionnaire.  Mettre en place un système de rappel pour toucher la base avec 2-3 parents d’élèves par semaine.  Envoyez-lui rapidement un e-mail pour lui dire quelque chose de positif que vous avez remarqué sur son enfant.  Rien ne vaut l’impression que votre enfant soit  apprécié et valorisé.  Un bonus supplémentaire est que lorsque l’élève entend ses parents parler de la communication, il va ressentir une grande fierté.

3. Manque de documentation de communication.

Bien que je ne vous recommande pas d’adopter cette approche, je dis qu’il est facile d’oublier comment les choses se sont déroulé et à quelle fréquence les incidents se produisent.  Prenez un cahier ou ouvrez un document sur votre bureau et accordez-vous 5 à 10 minutes par jour pour noter tout ce qui sort de l’ordinaire.  Enregistrez chaque e-mail que vous envoyez ou recevez entre vous et un parent.  Si vous appelez un parent, notez la date, l’heure et ce qui a été dit.  S’il ne s’agissait pas seulement d’un enregistrement positif, suivez avec un e-mail indiquant ce que vous pensez avoir été dit.  J’espère que vous n’avez jamais besoin de ce type de sauvegarde, mais en cas où il est là pour vous.

 

4. Adopter une approche passive des problèmes.

La communication passive signifie éviter les conversations et les problèmes difficiles jusqu’à ce que vous soyez obligé de les affronter.  Bien que cela semble plus sûr pour certaines personnes, cela crée des conflits internes et externes.  Vous vous sentez inquiet et coupable de votre attitude.  D’autres personnes critiquent la façon dont vous ne vous contenterez pas de résoudre les problèmes dans votre classe.  Il est plus logique de prendre en charge ce que vous pouvez contrôler.  Cherchez le soutien d’autres enseignants et de votre directeur d’école lorsqu’une situation inconnue se produit.  Incluez les soins personnels dans votre plan en trouvant un débouché pour vos émotions.  Essayez d’étouffer les choses dès le début en abordant l’élève au sujet d’un problème ou en envoyant une note à la maison le jour où quelque chose se passe.

5. En supposant qu’un parent peut lire (ou parler anglais).

Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai entendu un enseignant raconter une histoire à propos d’un moment où il ne se rendait pas compte qu’un parent ne savait pas lire.  Ne présumez rien des familles de vos élèves.  Assurez-vous que chaque parent reçoit des informations importantes de différentes manières: sur papier, par e-mail et par téléphone s’il n’a pas répondu en temps voulu.  Éloignez-vous de l’évaluation des parents et essayez de toujours vous rappeler que tout le monde aime et prend soin de ses enfants de la meilleure façon possible.  Les parents se sentiront appréciés lorsqu’ils seront en mesure de comprendre ce qu’ils doivent faire pour aider leur enfant à l’école.

6. Livrer chaque bataille.

En général c’est une bonne chose pour la vie, ai-je raison?  Donnez-vous 24 heures pour vous calmer et pensez à toute bataille que vous êtes sur le point de livrer. J’ai souvent honte et je me sens gênée quand je lis un courriel en colère d’un parent.  Je suis fière d’être la meilleure professeur possible.  Je veux être aimée.  N’est-ce pas le souhait de tout le monde?  Ma honte peut entraîner une colère qui prend son envol à la vitesse de la lumière.  Je travaille dur pour expirer ma fureur et attendre 24 heures pour réfléchir à un moyen d’aborder le problème d’une  manière calme et rationnelle.  Et parfois, je me rends compte, que certaines batailles ne sont vraiment que des pépins qui n’ont pas besoin d’un combat… ou d’une épée.

7. Refuser d’admettre quand vous vous trompez.

Malgré vos meilleures intentions et vos efforts, c’est inévitable: à un moment donné de votre vie, vous aurez tort.  Les erreurs peuvent être difficiles à gérer, donc parfois nous refusons de les admettre.  Au lieu de cela, nous recherchons des preuves pour prouver qu’on a raison. L’élève à qui vous avez donné une mauvaise note parce que vous saviez qu’elle n’avait pas bien  travailler.  Le parent auquel vous avez oublié d’envoyer l’invitation à la conférence à celui qui a manqué la réunion.  Ils méritent tous les deux des excuses.

L’émotion que nous ressentons lorsque nous tenons deux pensées, croyances, opinions ou attitudes opposées est appelée dissonance cognitive.  Par exemple, vous pourriez croire que vous êtes un enseignant expérimenté et organisé, donc lorsque vous notez émotionnellement ou oubliez d’envoyer un e-mail, vous ressentez de la dissonance.  Pour gérer ce mauvais sentiment, vous niez votre erreur.  Reconnaître ses torts et admettre d’être trompé ça montre votre bonne foi et faire preuve de franchise. Assumer ses erreurs n’est pas donné à tout le monde, il faut un certain courage et une grande maturité d’esprit pour le faire. En agissant de cette façon, les autres vont vous voir comme fort et courageux.

8. Rappeler les parents à leurs devoirs.

Les parents connaissent bien leurs enfants.  Ils veulent qu’ils réussissent, mais ils voient aussi leurs défis.  Lorsque nous disons aux parents que nous en savons plus sur leurs enfants qu’eux, nous disons également que nous ne valorisons pas leur expérience et leurs connaissances.  Au lieu de cela, commencez les conversations en leur demandant ce qu’ils pensent en premier.  Je parie que vous trouverez que leur pensée s’aligne sur la vôtre.  En travaillant ensemble en équipe, vous pouvez accomplir beaucoup plus.  De plus, les élèves qui connaissent ce lien nouer entre leurs enseignants et leurs parents  réfléchissent à deux fois avant d’avoir  un  mauvais comportement.

9. S’imprégner les problèmes des parents.

Quand il s’agit de faire quoi que ce soit dans votre travail (et dans votre vie), vous devez travailler dur et essayer de pas prendre les choses trop personnellement. Si vous pensez que vous et vos élèves apportez des bagages émotionnels et des soucis à l’école, vous ne croirez pas combien leurs parents apportent aussi.  Tout dépend de la façon dont ils ont été traités à l’école et à quel point ils souhaitent que leurs enfants apprennent, réussissent leurs études et soient respectés.  Au lieu de vous demander ce que vous avez fait pour obtenir ce résultat particulier, essaie de réfléchir  de quelle manière tu peux diffuser la situation afin que chacun puisse penser plus clairement.  La meilleure façon de le faire est de le publier: que pouvons-nous faire ensemble pour assurer la réussite de votre enfant?

La parentalité est une entreprise difficile, alors essayons de faciliter le chemin.  Plus les parents voient que les enseignants sont humains et se soucient de leur enfant, plus ils seront détendus.  Et un parent détendu est plus ouvert à de nouvelles idées et point de vue différents des leurs.

Source: Kimberley Moran – Weareteachers

Laisser un commentaire