Pédagogie Systèmes

Vers une pédagogie différenciée

Tout enseignant constate combien un groupe d’élèves est hétérogène : âge, niveau scolaire, origine socioculturelle. Vous devez accepter cette situation et faire en sorte d’intégrer au mieux toutes ces personnalités dans vos pratiques quotidiennes. En d’autres termes, c’est la pédagogie différenciée.

L’enseignant ne doit pas différencier le contenu et les objectifs pédagogiques. Il doit seulement varier les méthodes d’enseignement qui aident tous les élèves d’apprendre le même contenu par différentes voies. La pédagogie différenciée permet alors de mettre en place des groupes de besoins. Contrairement aux groupes de niveaux, les groupes de besoins peuvent être former à un moment donné ou les élèves ont un problème d’apprentissage.

Comment faire ?

Dans la mesure du possible, vous allez pouvoir tenir compte des disparités dans vos classes en amont dans la conception de vos documents.

Car faire de la pédagogie différenciée, c’est ne pas oublier les élèves en difficultés..

Pour cela, vous pouvez :

− Repérer un objectif prioritaire à atteindre pour un groupe spécifique d’élèves.

− Différencier les stratégies pédagogiques en fonction des difficultés de chaque groupe.

Attention à ne pas tomber dans l’excès inverse de l’individualisation à outrance et d’oublier que les élèves constituent un groupe classe, capable d’avancer ensemble sur des objectifs communs.

pédagogie différenciée

Adapter le contenu du document

Oubliez donc parfois la traditionnelle fiche de cours uniforme et devenez des adeptes de la nuance, de la souplesse. En faisant varier certaines caractéristiques de votre dispositif pédagogique : types de supports, de documents, de situations d’expérimentation, travail individuel ou en groupe, vous allez permettre au plus grand nombre de vos élèves de progresser. Les plus rapides pourront poursuivre avec des travaux d’approfondissement qui leur permettront d’aller plus loin, ceux qui rencontrent des difficultés trouveront des moments pour souffler, comprendre et donc s’accrocher.

Il ne s’agit bien entendu pas de faire un document spécifique à chaque élève, mais, au gré des situations, de différencier dans votre document une multitude d’éléments simples, par exemple :

− Les consignes : que ce soit par écrit ou à l’oral, un même travail peut être abordé, présenté différemment selon les élèves. Si votre objectif est que tout le monde y arrive, vous pouvez

imaginer plusieurs entrées ou activités possibles ; les compétences ciblées : les compétences peuvent être précisées en début de document, mais vous pouvez différencier et indiquer pour chacun celles que l’élève doit travailler pendant la séance.

Vous avez conçu un document unique, mais un élève peut ne pas réaliser toute la fiche et se contenter des activités conseillées ;

− l’évaluation : une évaluation peut être également différenciée, cela signifie, par exemple, que des élèves (de collège, par exemple) peuvent être évalués sur des compétences minimales du socle commun, tandis que d’autres pourront valider des compétences plus complètes.

Faire travailler l’ensemble des élèves de niveaux différents est une tâche difficile. Pour gérer ces différences, vous pouvez proposer à vos élèves des exercices analogues, mais à « plusieurs vitesses » :

− une version courte, nécessitant de pratiquer en autonomie une démarche de résolution comportant plusieurs étapes ;

− une version guidée permettant d’aboutir aisément au même résultat ; chaque étape du raisonnement est détaillée à travers des questions progressives.

L’élève choisit la version de l’énoncé qui semble correspondre à ses aptitudes.

Adapter le support du document

Il existe, bien sûr, d’autres moyens de tenir compte de la diversité des élèves dans une même classe. Avant d’adapter le contenu, vous pouvez aussi vous poser la question suivante : puis-je adapter le support à un groupe d’élèves ? Des élèves en échec scolaire ou en difficulté dans une discipline vont accepter ponctuellement de travailler dans un contexte plutôt qu’un autre.

  • Vous pouvez aussi moduler vos interventions dans la classe : travail en autonomie pour un groupe, pendant que vous accompagnez celles et ceux qui ont besoin plus spécifiquement de votre aide.
  • Pendant qu’un groupe efficace peut s’engager sur de la recherche documentaire sur un sujet, les autres élèves peuvent essayer de revenir sur l’intérêt d’une notion encore mal assimilée ou mal comprise.
  • En fonction des difficultés rencontrées, les outils (documents, supports) peuvent être répartis dans le groupe classe. Un groupe peut travailler sur table pendant que le second poursuit une activité sur quelques ordinateurs portables. Dans ce contexte, les supports et les documents sont différenciés.

Sources :

Pascal Bihouée (2009) COURS ET SUPPORTS :L’ART DE PRÉPARER SA CLASSE

1 Comment

Laisser un commentaire