Apprentissage

Le rôle des élèves dans un travail de groupe

élèves dans un travail de groupe

Le travail de groupe peut être une méthode efficace pour motiver les élèves, encourager l’apprentissage actif et développer des compétences clés en matière de pensée critique, de communication et de prise de décision. Mais sans planification et animation minutieuses, le travail de groupe peut frustrer les élèves et se sentir comme une perte de temps. Alors, quel est le rôle des élèves dans un travail de groupe ?

Pourquoi le travail en groupe des élèves ?

Le travail en groupe des élèves est un sujet fondamental dans le domaine de l’éducation. Pour comprendre les attentes et les conditions nécessaires pour une efficacité optimale dans le travail en équipes des élèves, il est essentiel de faire une distinction primordiale entre la tâche et l’objectif. En effet, cette distinction est cruciale pour aborder cette question de manière adéquate. Dans ce contexte, nous explorerons cinq objectifs clés du travail en équipes des élèves : la finalisation, la socialisation, le monitorat, la confrontation, et enfin l’apprentissage proprement dit sur des objectifs cognitifs identifiés.

Les cinq objectifs du travail en équipe des élèves :

1. La finalisation

Dans cette approche, l’objectif n’est pas d’acquérir des apprentissages précis et évaluables, mais plutôt de mettre les élèves face à une tâche qui leur permettra de comprendre l’importance de certains apprentissages. Ces derniers ne découlent pas directement du travail en équipe, mais devront être acquis ultérieurement lors d’un travail individuel ou collectif. L’objectif ici est de susciter un « besoin de savoir » chez les élèves plutôt que de leur transmettre un savoir en particulier.

2. La socialisation

Dans cet objectif, l’accent est mis sur les attitudes sociales des élèves plutôt que sur les apprentissages cognitifs. Il s’agit d’apprendre à organiser un travail en commun, à planifier les étapes, à intégrer chaque membre du groupe, à faire valoir les compétences de chacun et à se défaire d’une image négative que les autres pourraient avoir. Ce type de travail en équipe vise à construire un réseau de communication entre des individus qui ne se connaissent pas ou à mettre en avant la nécessité de respecter la Loi pour maintenir des relations sociales harmonieuses.

3. Le monitorat

Dans cette approche, les apprentissages cognitifs sont placés au cœur du dispositif, mais ce n’est pas l’enseignant qui endosse le rôle d’enseigner. Au contraire, c’est un élève qui joue le rôle de moniteur. Bien que cela ressemble davantage à des interactions duelles, ce travail en équipe permet d’utiliser l’hétérogénéité des élèves pour introduire des formes de travail différenciées. De plus, il donne l’opportunité aux élèves en position de moniteurs de consolider leurs acquis en les enseignant à d’autres.

4. La confrontation

L’objectif ici est de créer une interaction entre pairs afin de remettre en question les représentations ou les préjugés. L’idée est de susciter la contradiction et l’interargumentation pour que chaque élève puisse mettre à l’épreuve ses conceptions et les argumenter. Ce type de travail en équipe est un moyen d’opérationnaliser le conflit sociocognitif, où chaque élève est amené à justifier son point de vue et est soumis à la critique d’autrui. L’objectif est de construire progressivement une relation objectale en dissociant ce qui relève du sujet individuel et ce qui peut être un « objet commun » construit dans l’expérience de l’intersubjectivité.

Advertisement

5. L’apprentissage proprement dit

Dans cette approche, l’objectif est clairement axé sur des acquisitions cognitives spécifiques. Le groupe devient un lieu où les relations entre les personnes favorisent la construction de connaissances nouvelles par la confrontation d’idées et la coopération. L’enseignant doit veiller à ce que les règles de fonctionnement du groupe permettent à chacun de participer activement et à ce que chaque élève dispose des moyens nécessaires pour atteindre les objectifs cognitifs fixés.

Comment donner des rôles aux élèves ?

Cette stratégie d’enseignement offre des conseils sur la façon d’utiliser cette stratégie d’enseignement dans un environnement d’apprentissage en présentiel, à distance ou hybride :

Procédure:

  • Déterminez les rôles dont vous avez besoin
    Les rôles les plus souvent nécessaires pour le travail de groupe sont les suivants : facilitateur, enregistreur, présentateur, chronométreur et artiste.
  • Fournir aux élèves des attentes pour les rôles
    Lorsque vous introduisez les rôles pour la première fois, donnez des instructions claires sur les responsabilités qui accompagnent chaque tâche. Vous voudrez peut-être faire des listes de ce à quoi il ressemble quand le rôle est bien exécuté et quand il n’est pas bien exécuté.
  • Débriefer et évaluer
    Par écrit ou lors d’une discussion, demandez aux élèves de réfléchir à leurs expériences de travail en groupe. Dans quels rôles se sentent-ils le plus à l’aise ? Quels sont les plus difficiles pour eux ? Les élèves peuvent également avoir des idées sur les nouveaux rôles à attribuer.

Un modèle de rôle des élèves dans un travail de groupe

Une méthodologie d’apprentissage en petits groupes où l’utilisation des rôles de groupe est bien définie et étudiée est l’apprentissage par découverte guidée. Cette méthode fait appel à des groupes de trois ou quatre étudiants qui travaillent en équipe sur des activités de l’apprentissage par découverte guidée dans lesquelles les étudiants construisent leurs connaissances à travers des interactions avec les autres. Les rôles de l’apprentissage par découverte guidée dans un travail du groupe sont indiqués ci-dessous.

  • Gestionnaire ou facilitateur : Gère le groupe en aidant à s’assurer que le groupe reste concentré sur ses tâches, qu’il est concentré et qu’il y a de la place pour tout le monde dans la conversation.
  • Enregistreur : conserve une trace de ceux qui étaient dans le groupe et des rôles qu’ils jouent dans le groupe. L’enregistreur enregistre également les points critiques de la discussion du petit groupe avec les résultats ou les réponses.
  • Porteparole ou présentateur : présente les idées du groupe au reste de la classe. Le porte-parole doit se fier aux notes du secrétaire pour guider son rapport.
  • Réflecteur ou analyste de stratégie : observe la dynamique de l’équipe et guide le processus de recherche d’un consensus (aide les membres du groupe à parvenir à une conclusion commune).

Autres rôles hautement adaptables à prendre en compte

Vous pouvez adapter les rôles à différents types de tâches de groupe. Bien que le modèle l’apprentissage par découverte guidée soit un point de départ utile, vous constaterez peut-être que les tâches associées à votre discipline nécessitent d’autres types de rôles pour un apprentissage de groupe efficace. L’ajout ou le recadrage des rôles peut être bénéfique dans ces contextes. Vous trouverez ci-dessous quelques suggestions de rôles supplémentaires qui pourraient être utiles dans diverses situations d’apprentissage.

  • Encourageant : encourage les membres du groupe à continuer de réfléchir à leurs approches et à leurs idées. L’encouragent utilise des questions d’approfondissement pour aider à faciliter une réflexion plus approfondie et une réflexion des idées à l’échelle du groupe.
  • Interlocuteur : repousse lorsque l’équipe parvient à un consensus trop rapidement, sans considérer un certain nombre d’options ou de points de vue. Le questionneur s’assure que le groupe entend des points de vue variés et que le groupe n’évite pas les zones de désaccord potentiellement riches.
  • Vérificateur : vérifie le travail dans des contextes de résolution de problèmes avant que les membres du groupe ne finalisent leurs réponses.

Stratégies pour une facilitation efficace des rôles de groupe

Les suggestions suivantes sont des stratégies clés pour faciliter efficacement les rôles de groupe dans le cadre du travail en équipe des élèves, surtout lorsque cela implique une collaboration à long terme ou affecte significativement les notes des étudiants.

1. Transparence dans l’attribution des rôles

Expliquez clairement aux étudiants pourquoi vous attribuez des rôles de groupe. La transparence favorise leur adhésion en leur faisant comprendre l’importance d’établir des rôles dans le groupe.

Advertisement

2. Liste et définitions des rôles

Fournissez aux élèves une liste de rôles avec de brèves définitions. On définit chaque rôle au début de l’activité de travail en groupe. Précisez clairement quelles tâches sont associées à chaque rôle.

3. Encourager l’autonomie des étudiants

Dans les classes de niveau avancé, encouragez les étudiants à développer leurs propres rôles de groupe en fonction des tâches qu’ils estiment essentielles à la réussite du projet. Cette approche offre plus d’autonomie tout en utilisant des structures éprouvées.

4. Attribution des rôles

Les rôles peuvent être attribués au hasard à l’aide de diverses stratégies. Par exemple, les anniversaires, les post-it à code couleur ou une carte de place. Ils indiquent les rôles en fonction de l’emplacement des élèves dans la classe.

5. Assurer la clarté des responsabilités

Vérifiez tôt dans la période de classe que chaque élève a reçu un rôle et comprend clairement ses responsabilités. Soyez prêt à renforcer les rôles tout au long de l’activité.

6. Responsabiliser les étudiants

Les élèves doivent se sentir responsables de remplir leurs rôles. Intervenez si vous observez qu’un élève prend le rôle de quelqu’un d’autre ou ne remplit pas son rôle attribué. Des rappels doux sur les responsabilités peuvent être utiles.

7. Intervention en cas de comportements nuisibles

Discutez individuellement avec les élèves dont le discours ou le comportement peut faire taire, dénigrer ou exclure les autres. Les élèves peuvent interpréter le silence de l’enseignant comme une approbation.

8. Changer les rôles régulièrement

Si vous utilisez fréquemment des rôles de groupe, mélangez les rôles tout au long du semestre. Cela permet aux étudiants de développer des compétences en communication dans divers domaines.

Advertisement

9. Fournir des structures de rétroaction

Pour les tâches de groupe à long terme, assurez-vous de fournir des structures de rétroaction individuelle pour l’instructeur et les membres du groupe sur la dynamique de groupe. Cela peut réduire l’anxiété liée à la participation inégale au sein du groupe. Une enquête anonyme sous forme papier ou numérique peut recueillir les commentaires.

En mettant en œuvre ces stratégies, vous pouvez optimiser l’efficacité du travail en groupe des élèves et créer un environnement propice à la réussite collaborative.

Sources :

  • Burke, Alison. (2011). Group work: How to use groups effectively. The Journal of Effective Teaching, 11(2), 87–95.
  • Beebe, S.A., & Masterson, J.T. (2003). Communicating in small groups. Boston, MA : Pearson Education.
  • Cheng, W. Y., Lam, S. F., & Chan, C. Y. (2008). When high achievers and low achievers work in the same group: The roles of group heterogeneity and processes in project‐based learning. British Journal of Educational Psychology78(2), 205–221.
  • Eberlein, T., Kampmeier, J., Minderhout, V., Moog, R.S., Platt, T., Varma-Nelson, P., White, H.B. (2008). Pedagogies of engagement in science: A comparison of PBL, POGIL and PLTL. Biochemistry and Molecular Biology Education, 36(4), 262-73.

1 Comment

Laisser un commentaire