Pédagogie

Qu’est-ce que le constructivisme ?

Constructivisme

Le constructivisme se concentre sur l’apprenant en tant qu’agent clé dans le processus d’apprentissage. Il souligne également que les apprenants sont des participants actifs à leur propre apprentissage, et non des récepteurs passifs des connaissances des enseignants.

En revanche, les approches « traditionnelles » de l’éducation mettent l’accent sur l’enseignant en tant qu’agent principal du processus d’apprentissage. L’enseignant est chargé de transmettre des connaissances aux élèves et de fournir des commentaires sur leur compréhension des concepts. Dans l’enseignement traditionnel, les élèves sont des récepteurs passifs d’informations qu’ils doivent ensuite s’appliquer à comprendre.

Le constructivisme a été introduit pour la première fois par Lev Vygotsky en Russie dans les années 1920 et 1930. Il est maintenant utilisé comme une théorie pédagogique qui met l’accent sur la participation active des apprenants à leur propre développement plutôt que d’être des destinataires passifs d’informations provenant d’enseignants ou d’autres sources extérieures à eux-mêmes.

Constructivisme : définition

Le constructivisme est une approche de compréhension du monde qui met l’accent sur l’importance du contexte social et culturel dans la formation du développement humain. Ce n’est pas une philosophie unique. C’est une manière de comprendre le monde et son évolution.

En d’autres termes, le constructivisme est une théorie pédagogique qui met l’accent sur l’importance de l’expérience personnelle de l’apprenant dans l’apprentissage. C’est une approche centrée sur l’enfant qui aide les enfants à comprendre qu’ils sont capables de construire leurs propres connaissances et idées, plutôt que de simplement accepter ce qu’on leur enseigne.

En tant que domaine d’étude, le constructivisme trouve ses racines dans les travaux de Jean Piaget et de Lev Vygotsky. Les deux psychologues ont conçu leurs théories autour de l’idée que les enfants sont capables de comprendre leur monde par le jeu, l’apprentissage et les interactions sociales avec les adultes.

Par ailleurs, les constructivistes sont des gens qui croient en l’importance de comprendre la société et la culture, ainsi que le rôle du langage dans sa formation. Ils croient également qu’il n’y a pas de vérités ou de valeurs objectives et que l’expérience de chaque individu est subjective.

Advertisement

L’importance du constructivisme

Le constructivisme est une philosophie de l’éducation qui met l’accent sur la construction active des connaissances. C’est une idée constructiviste que l’apprentissage devrait être un processus actif, pas seulement passif. Il se concentre sur le rôle de l’observateur dans la formation de la réalité. Il a été utilisé pour expliquer comment les gens peuvent avoir des interprétations différentes du même événement et pourquoi cela se produit.

Les avantages de l’éducation constructiviste sont nombreux : elle encourage l’autonomie dans l’apprentissage, elle aide les enfants à développer leur propre réflexion plutôt que de compter tout le temps sur les enseignants pour obtenir des réponses, elle favorise la créativité et l’innovation à l’école et à la maison, et elle aide les enfants à développer de l’empathie pour autres.

Par ailleurs, l’approche constructiviste se concentre sur la façon dont nous formons des idées sur le monde et comment nos sens contribuent à ce processus. Le constructivisme théorique a été développé par Lev Vygotsky, qui a théorisé comment les interactions sociales aidaient à développer les compétences cognitives des enfants. Cette perspective a été appliquée à de nombreux domaines, y compris la philosophie et la psychologie, avec quelques exemples notables étant la théorie du développement cognitif de Jean Piaget et Eriks.

Les principes du constructivisme

Les principes du constructivisme sont ancrés dans l’idée que la connaissance est construite par les individus à travers leurs propres expériences. Cela contraste avec l’idée que la connaissance doit être objective et universelle.

Cette approche de la compréhension de la cognition humaine a été initialement développée par Lev Vygotsky et a depuis été appliquée à un large éventail de domaines, notamment l’éducation, la sociologie, la psychologie, l’anthropologie et la philosophie.

Voici quelques principes clés :

Les gens construisent activement du sens à partir de leurs expériences

Les gens construisent activement un sens à partir de leurs expériences. Ils donnent un sens au monde à travers leurs actions et trouvent une signification dans leur vie. Ce processus s’appelle l’expérience, qui est un type d’interprétation. Chaque expérience est une interprétation de la façon dont quelque chose fonctionne ou de ce que quelqu’un pourrait ressentir à ce sujet.

Advertisement

Le sens se crée à travers les relations avec les autres

La langue est un phénomène social. Le langage se crée à travers les relations avec les autres et le sens des mots change avec le temps. Combien de fois avez-vous entendu quelqu’un dire : « Je ne suis pas sûr de ce que cela signifie » ? Cela se produit parce que les gens interprètent le sens différemment et qu’ils créent leurs propres significations dans le langage.

Le sens se crée aussi à travers les relations avec les objets

Pour créer du sens, nous devons voir le monde qui nous entoure à travers les yeux d’une personne.

On met l’accent sur la réalisation d’activités d’apprentissage authentiques ou en contexte. 

C’est-à-dire en prenant part à des situations concrètes qui sont susceptibles de se dérouler dans la vie de tous les jours. On laisse de côté l’artificialité du modèle scolaire conventionnel et les élèves doivent être confrontés à de véritables problèmes de la vie courante.   

Cette école de pensée met l’accent sur l’apprenant plutôt que sur l’enseignant.  

Elle encourage cet apprenant à construire ses propres conceptualisations et à apporter ses solutions aux problèmes qu’il rencontre, elle l’incite même à développer au maximum son autonomie et son initiative.

L’apprenant actif   

Selon les tenants du constructivisme, l’apprentissage est basé sur la participation active des élèves à la résolution de problèmes et à la pensée critique en regard de la tâche qu’ils doivent réaliser. L’individu est donc le protagoniste actif du processus de connaissance, et les constructions mentales qui en résultent sont le produit de son activité. Dans cette optique, apprendre ne consiste pas à recevoir le savoir d’une manière passive, mais à agir sur les informations reçues de la situation en les transformant. 

L’enseignant devient facilitateur

L’enseignant devient un facilitateur, un « accompagnateur » qui guide l’élève et le pousse à utiliser son esprit critique, à résoudre des problèmes et à synthétiser ses connaissances.  

En plus, le professeur ne doit pas entraver le processus de développement interne de l’élève (l’enseignement doit s’adapter aux besoins des élèves). Il lui revient de fournir à ses élèves un environnement d’apprentissage ouvert, riche de possibilités d’apprentissage, et surtout non fondé sur des séquences d’instruction prédéterminées. 

Advertisement

Lire aussi: Le cognitivisme : définition, principes et théories

Histoire du constructivisme

Le constructivisme en tant que philosophie est une grande idée qui existe depuis un certain temps. Ce n’est pas seulement une nouvelle façon de penser, c’est aussi une approche de l’éducation et du monde en général.

La montée du constructivisme a changé la façon dont nous enseignons et apprenons désormais. Il a donné aux enseignants plus d’autonomie, leur permettant d’utiliser leur créativité et leur imagination en classe.

Ce changement de mentalité peut être observé ces dernières années avec la popularité croissante des programmes éducatifs constructivistes tels que les écoles Montessori, Waldorf, Reggio Emilia ou Steiner-Waldorf.

L’idée du constructivisme 

Le constructivisme est une théorie philosophique qui met l’accent sur le rôle actif des êtres humains dans la création de leur propre réalité.

L’histoire du constructivisme remonte au début du XXe siècle. Cependant, ce n’est qu’à la fin des années 1950 qu’il est devenu plus populaire et largement accepté.

Cette idée a été développée par Jean Piaget et Lev Vygotsky. Elle se concentre sur la compréhension de la façon dont les gens apprennent par eux-mêmes, au lieu de se faire dire quoi faire. Il s’agit d’une théorie qui se concentre sur le développement des humains en tant qu’« agents créateurs de sens » qui créent leurs propres connaissances par l’interaction avec l’environnement.

Advertisement

Pour conclure, le constructivisme est une école de pensée qui met l’accent sur l’importance de nos constructions individuelles et sociales. Il met l’accent sur le rôle des êtres humains dans la création de leur propre réalité.

Moments clés de l’histoire du constructivisme :

  1. Au début des années 1900, Jean Piaget publie son livre « La psychologie des enfants ». Lewis M. Terman a traduit ce texte en anglais, puis il est devenu un classique. Du coup, tout un champ d’études s’est créé autour de ce travail.
  2. Le deuxième moment est celui où Lev Vygotsky a publié « Mind in Society » qui plaidait pour une vision plus sociologique de l’apprentissage

Lev Vygotsky était un psychologue, sociologue et théoricien de l’éducation russe considéré comme la figure fondatrice de l’école soviétique de psychologie du développement. Il est connu pour ses contributions à la compréhension de la relation entre le contexte social et le processus de réflexion, ainsi que pour sa défense du constructivisme social dans l’éducation.

  1. Le troisième moment est celui où Erik Erikson a publié son livre « Childhood and Society » qui plaide pour une compréhension de l’impact de la société sur le développement de l’enfant

Au début du 20e siècle, Erik Erikson a développé une théorie influente du développement de la personnalité. Il a fait valoir que la société change plus rapidement que les individus, et qu’il est donc important pour une société de comprendre et de répondre aux besoins en constante évolution de ses enfants.

  1. Le quatrième moment est celui où Viktor Frankl a publié son livre « Man’s Search for Meaning ».

Viktor Frankl, qui était également psychiatre, a été emprisonné à Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale. Il savait que si lui et ses codétenus devaient survivre à l’épreuve, ils devraient trouver un sens à leur expérience.

Les limites du constructivisme 

Comme toutes les théories, celle de constructivisme a aussi des limites. On peut citer quelques-uns : 

  1. L’idée d’une simple accumulation du savoir : la pédagogie constructiviste reste très limitée pour comprendre les difficultés et les erreurs et à forte raison, pour apporter les moyens d’y remédier. 
  2. La pédagogie inspirée du modèle constructiviste ne permet pas de répondre aux questions suivantes : 
    • Pourquoi dans certains cas n’apprend-on pas ou retient-on faux malgré les explications ? 
    • Pourquoi certains savoirs nouveaux se désagrègent-ils après quelques semaines ou quelques années pour être remplacés par les savoirs élémentaires ? 
  3. Pas de prise en compte des aspects sociaux de l’apprentissage : rôle de l’enseignant, rôle des pairs .

Quant aux apports, on peut citer : 

  •  Rapport de l’individu à l’environnement.  
  • Typologie des apprentissages possibles en fonction des stades.

Sources :

Advertisement
  • Costa, A. & Liebmann, R. (1995). Process is as important as content. Educational Leadership. 52(6), pp 23–24
  • Ellis, C. (1996). Evocative Autoethnography: Writing Emotionally about our lives. In: W. G. Tierney and Y. S. Lincoln (Eds) Reframing the Narrative Voice. Funderstanding
  • McBrien, J.L. & Brandt, R.S.(1997). From The Language of Learning: A Guide to Education Terms. Alexandria, VA: Association for Supervision and Curriculum Development
  • Piaget, J. (1964). Six Études de Psychologie. Genève : Éditions Gonthier.

Laisser un commentaire